Nikon Z6 et Z7 , le « mirrorless » enfin !

Note moyenne :
0 out of 5 stars. 0 votes.

Nikon Z7

Le 23 août 2018, Nikon se lance dans la bataille du « mirrorless »!

« Enfin !  » entendait-on dire du côté des nikonistes qui désespéraient de voir leur marque fétiche subir les assauts de la concurrence, Canon avec son EOS M et surtout Sony, l’agitateur d’idées en matière de matériel photo depuis le rachat de Minolta (et de Konica!) en 2006, avec sa fameuse série Alpha !

Depuis, les appareils reflex, surtout ceux d’entrée de gamme, déjà malmenés par la montée en puissance des smartphones aux qualités photographiques limitées mais satisfaisantes pour la plupart des utilisateurs victimes de la « selfie addiction », voyaient leur vente chuter inexorablement. Leur avenir devenait sombre face à l’incroyable offre de Sony en matière de « mirrorless », ces boitiers astucieux et performants qui ont remplacé la visée prisme + miroir par une visée électronique composée par un minuscule écran numérique couleur .  Un choix judicieux en matière de poids, d’encombrement et de coût, mais pas forcément de confort et qualité de visé.

Encore snobé par les professionnels et les experts « avertis », ce choix technologique semble pourtant aujourd’hui incontournable et devrait être progressivement adopté par les professionnels, comme l’ont été auparavant la mesure automatique de l’exposition et l’autofocus. Lorsque les pros seront équipés en « mirrorless », les amateurs « éclairés » suivront et oublieront sans regret leurs anciens amours !

La visée électronique, largement présente dans les appareils compacts, s’impose de plus en plus dans le monde des amateurs grâce à des qualités inédites, au gommage progressif de ses défauts initiaux et surtout par une diminution du poids du matériel, boitier et objectifs.

Nikon ne pouvait pas laisser passer le train de la modernité ! Mais comme à son habitude, la marque japonaise a pris son temps, préparé ses clients à la transition et choisi le difficile choix de la compatibilité maximale avec les anciennes gammes d’objectifs, malgré un changement radical de baïonnette.

Nikon a choisi de pénétrer ce marché par le haut, en misant sur ses clients les plus fidèles, les amateurs experts, en présentant deux boitiers haut de gamme mais pas tout à fait pros. Un Z7 de 46 millions de pixels, et un Z6 de 24 millions, à des prix élevés: respectivement 3 700 euros et 2 300 euros.

Les D850 et D750 pourraient être bien les derniers reflex experts de Nikon comme l’a été le Nikon F6 (dernier reflex pro argentique) avec l’arrivée du D2x en 2004.

Les appareils d’entrée de gamme, (D3300, D5600), devraient à terme suivent la même évolution.

Articles détaillé : ici

 

 

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire